Ontario Legislature Passes Safe Access to Abortion Services Act

October 31, 2017

The Ontario Legislature recently passed the Safe Access to Abortion Services Act, 2017. The Attorney General of Ontario, Yasir Naqvi, has released the following letter for health-care providers who may be impacted. Read the complete letter below or click to download a copy in English or French.

I am pleased to inform you that the Ontario Legislature recently passed the Safe Access to Abortion Services Act, 2017.

As a health care provider, this legislation will go a long way to protect your safety, security, health, and privacy, as well as your patients. It will allow for safe access zones to be established around clinics and facilities that offer abortion services, the homes of clinic staff, and the homes and offices of other regulated health professionals who provide these services.

The eight abortion clinics in Ontario will automatically receive safe access zones of 50 metres under this legislation. This could be decreased or increased up to 150 metres by regulation.

Other facilities and offices that offer abortion services will be able to apply for safe access zones up to 150 metres. Regulated health professionals who provide abortion services outside of clinics will also be able to apply for safe access zones of up to 150 metres around their offices. We will communicate with you shortly regarding the application process.

Prohibited activities within safe access zones around clinics, facilities, and offices would include:

  • advising a person to refrain from accessing abortion services
  • abortion-related protests
  • activities that intimidate or interfere with individuals accessing or providing abortion services
  • recording patients and/or providers (e.g. taking photos or video)

The legislation also provides safe access zones of up to 150 metres around the homes of all clinic staff and abortion service providers. Prohibited activities within safe access zones around homes include:

  • Certain activities that are directly targeted at or are about a clinic staff member or health professional who lives in the home.
  • This could include persistently requesting that the provider refrain from providing abortion services, or physically interfering with or intimidating the provider for the purpose of dissuading them from providing abortion services.

Finally, the legislation prohibits harassing conduct anywhere in Ontario that is directed at clinic staff and regulated health professionals who provide abortion services.

The legislation will come into force on proclamation of the Lieutenant Governor, once the regulations are drafted. Our government is committed to finalizing the regulations in as timely a manner as possible.

I would like to thank you for your work to provide critical health care services to Ontarians. We are pleased to put these protections in place for you, your colleagues, and the women, trans and non-binary individuals you serve. Thank you for your continued support as we move forward to protect women’s rights to choose to access abortion services without fear, interference, intimidation, or harassment.

Sincerely,

Yasir Naqvi
Attorney General


C’est avec plaisir que je vous informe que l’Assemblée législative de l’Ontario a récemment adopté la Loi de 2017 sur l’accès sécuritaire aux services d’interruption volontaire de grossesse.

Cette loi vous concerne particulièrement, en qualité de fournisseur de soins de santé. Elle vise à protéger votre sécurité, votre santé et votre vie privée, ainsi que celles de vos patientes. La loi autorise la création de zones d’accès autour des cliniques et des établissements qui offrent des services d’interruption volontaire de grossesse, ainsi qu’autour des domiciles des membres du personnel des cliniques, et des domiciles et bureaux d’autres professionnels des soins de santé réglementés qui fournissent ces services.

Les huit cliniques d’interruption volontaire de grossesse en Ontario recevront automatiquement des zones d’accès d’un rayon de 50 mètres sous le régime de cette loi. Ces zones peuvent être réduites ou augmentées jusqu’à 150 mètres par voir de règlement.

D’autres établissements et bureaux qui offrent des services d’interruption volontaire de grossesse pourront demander des zones d’accès ne dépassant pas 150 mètres. Les professionnels de la santé réglementés qui fournissent des services d’interruption volontaire de grossesse hors d’une clinique pourront aussi demander des zones d’accès ne dépassant pas 150 mètres pour leurs bureaux. Nous vous communiquerons prochainement des renseignements au
sujet de la démarche à suivre pour faire une telle demande.

Les activités interdites dans les zones d’accès des cliniques, établissements et bureaux sont notamment les suivantes:

  • Le fait de conseiller une personne de s’abstenir de recourir à des services d’interruption volontaire de grossesse;
  • La tenue de protestations liées à l’interruption volontaire de grossesse;
  • Des activités visant à dissuader une personne d’avoir recours à des services d’interruption volontaire de grossesse ou de fournir des services d’interruption volontaire de grossesse.
  • L’enregistrement de patientes et/ou de fournisseurs de services (p. ex., prendre des photos ou des vidéos).

Le personnel des cliniques et les fournisseurs de services d’interruption volontaire de grossesse recevront également des zones d’accès ne dépassant pas 150 mètres pour leurs domiciles. Les activités interdites dans les zones d’accès des domiciles sont notamment les suivantes:

  • Certains actes ciblant directement un membre du personnel d’une clinique ou un professionnel des soins de santé qui vit dans le domicile, ou s’y rapportant;
  • Le fait de demander avec insistance que le fournisseur s’abstienne de fournir des services d’interruption volontaire de grossesse ou d’entraver physiquement ou intimider un professionnel des soins de santé dans le but de le dissuader de fournir des services d’interruption volontaire de grossesse.

Enfin, la loi interdit, n’importe où en Ontario, un acte de harcèlement qui cible un membre du personnel d’une clinique et les professionnels des soins de santé réglementés qui fournissent des services d’interruption volontaire de grossesse.

La loi entrera en vigueur le jour que le lieutenant-gouverneur fixe par proclamation, une fois que les règlements seront élaborés. Notre gouvernement est déterminé à finaliser les règlements le plus rapidement possible.

Je tiens à vous remercier de fournir des services de soins de santé indispensables à la population ontarienne. Nous sommes heureux que des protections soient mises en place pour vous, vos collègues et les femmes, transgenres et personnes non-binaires que vous servez. Nous vous sommes reconnaissants de votre coopération à nos efforts en vue de protéger le droit des femmes de choisir d’avoir accès à des services d’interruption volontaire de grossesse sans craindre d’être entravées, intimidées ou harcelées.

Meilleures salutations.
Le procureur général,

Yasir Naqvi


Back